Saison 5, Uncategorized

#rétrospective – S02E01

Des gommes et des crottes de nez. Tel est le titre de mon article posté à la rentrée scolaire 2017. Dès mes premiers jours de conduite, j’ai très vite remarqué des voyageurs et voyageuses pas comme les autres. De petites personnes qui semblaient ultra excitées de voir arriver mon tram et encore plus de monter dedans. Qui me faisaient de grands « coucou » à l’arrêt et de grands « aurevoir » après être descendues. Qui hurlaient de joie au démarrage. Alors quand la journée est difficile, quand les gens ne sont pas spécialement sympas, quand il drache, quand mon service est interminable, entendre un.e enfant vivre sa meilleure vie sur un siège derrière mon poste de conduite, cela me rebooste pour quelques heures !

À quelques semaines des vacances d’été, j’ai envie de vous repartager ce chouette article de la saison 2, rempli de leurs histoires. Pour rendre hommage à ces « cheerleaders » qui m’ont faite me sentir utile dès le premier jour, voici une belle collection de petits mots doux entendus dans mon tram:

– planches originales, colorées à la main –

Bonnes vacances les loulous !

⬇️ ⬇️ ⬇️ (re)découvrez l’article original de septembre 2017 : ⬇️ ⬇️ ⬇️

Saison 5

#rétrospective – S03E13

Dans un dépôt, il y a bien sûr le personnel de conduite. Aussi les « foot foot », celleux qui sont dans les bureaux et roulent dès qu’il y a nécessité. Iels sont en permanence en réserve. On trouve également les assistant.es, qui gèrent toute l’organisation des services, des absences, des congés, des permutations et des demandes diverses. Un ou plusieurs gestionnaires de lignes ou réseau ne sont pas loin, et puis bien sûr le.la ou les chef.fes de dépôt chapeautent le tout. En parallèle, les technicien.nes ont leur système de travail bien propre à elleux, sans oublier le personnel de nettoyage.

En arrivant à Ixelles, en plus de plonger dans un dépôt bien plus grand et plus rempli, j’ai eu le plaisir de découvrir le confort d’une caféteria sur place et les sympathiques dames qui la gèrent. Mais j’ai aussi rencontré de drôles de personnages…

C’est par hasard, ou plutôt guidée par ma grande curiosité que je les ai découverts. Souvent, je croisais des techniciens qui semblaient nettoyer les trams lors de mes pauses. Ce qui m’étonnait, c’était de parfois les croiser en uniforme de conduite, ou carrément à la commande d’un tram. Je pigeais pas trop! À force d’être synchros dans nos breaks et repas, on a fait connaissance comme cela: en mangeant ensemble. Driss me proposait toujours de partager ses merveilleux plats cuisinés par sa femme (…) (gros big up à elle), me versait du café et me filait pleins de bonbons (c’est son deuxième job). Se joignaient régulièrement à nous 2 autres mêmes personnages sympathiques. Après des semaines d’observation et de discussion, j’ai compris qu’ils formaient un trio et que c’était eux, les fameux « mixtes » dont j’entendais parler.

recherches

Dès 14h, à leur prise de service, Mohamed, Driss et Hatim (et ensuite Hamza rejoindra leur team) conduisent quelques heures. Un demi service sur les rails. Vers 17-18h, deuxième partie de la journée: ils troquent leur uniforme contre un bleu de travail et tour à tour, ils balaient les trams qui rentrent au dépôt, jusque 22h.

Au final, c’est eux que je vois le plus régulièrement. Entre les congés, les maladies et horaires variables, parfois plusieurs mois passent sans qu’on ne croise tel ou telle collègue.

Avec les Mixtes, nos horaires coïncident. Et les discussions vont bon train! Chacun a toujours des histoires plus ou moins cocasses à raconter. Hatim m’a conseillé plus d’une fois d’aller près d’Antibes en France, pour lui c’est juste ma-gni-fique. (J’ai pu vérifier que c’était vrai). Driss me parle du bon vieux temps à la Stib et de ses étés au Maroc. Mohamed est plus discret mais toujours souriant et disponible. Quand l’un d’eux est absent, je reprends son service, mais avec le luxe de ne pas nettoyer. Je suis alors de réserve et je peux encore mieux les observer et les connaître 😉

⬇️ ⬇️ ⬇️ (re)découvrez l’article original de juin 2019, avec la mise en couleurs : ⬇️ ⬇️ ⬇️

Saison 5

#rétrospective – S03E03: Une étrangère familière

Sur ces trajets que l’on parcourt et répète par centaines, d’un terminus à l’autre, on crée nos habitudes. On sait où achète notre Milky Way ou autre douceur, nos fruits, nos sandwiches et où se boire un bon café. Où prendre le soleil au break et où faire vite fait une course. Aussi, on remarque de suite les changements dans les quartiers: les arbres en fleurs, les travaux finis, les nouveaux commerces ou ceux qui ont fermé.

Surtout, on s’habitue à quelques client.es réguliers.ères. Il y a le cowboy à Anderlecht avec son chapeau, qui nous salue tel un professionnel du Western. Il y a cette famille avec 3 enfants qui prennent leur goûter dans le 81. Ces deux soeurs qui semblent aller au sport. Cette pauvre dame ixelloise qui se shoote à l’éther et empeste tout le tram. L’odieux personnage qui crie et insulte à chacune de ses visites.

Et puis il y cette mamy…

planche originale, mise en couleur avec Photoshop après scan

Elle nous dépose un caramel sur le monnayeur et toque doucement à la vitre si on n’avait pas remarqué sa présence. Elle ne dit mot, personne ne connaît sa voix. Mais elle nous pointe son cadeau du doigt, que l’on reçoit avec fierté et tendresse. Un jour, j’ai changé de dépôt et je ne l’ai plus jamais revue.

⬇️ ⬇️ ⬇️ (re)découvrez l’article original d’octobre 2018, avec la mise en couleurs : ⬇️ ⬇️ ⬇️

Saison 5

#rétrospective – Bribe 404: Sur le fil

Mon passage à la Stib aura certainement été marqué par mon engagement auprès de mes collègues féminines.

Dès mes premiers jours, j’ai été marquées par le traitement qu’on nous réservait et les conditions de travail dans lesquelles on vivait chaque jour de service. Chaque 8 mars (Journée internationale des droits des femmes) a été l’occasion de se réunir, de réfléchir et de poser nos petites pierres. Ce fut laborieux de rallier les collègues à ma cause, souvent j’ai été découragée, mais j’ai eu tout le long une fidèle acolyte ultra motivée (qui se reconnaitra) (merciiiii !) avec qui on a pu débattre sur le sujet et concrétiser quelques actions. Et puis, des nouvelles ont continué d’arriver et certaines nous ont rejointes. Leur fraîche motivation nous redonnait espoir et force car il en faut, pour militer.

Sachez que le sujet principal sont les sanitaires. Peu nombreux, souvent en panne, sales, mixtes, pas chauffés (la plupart sont en extérieur), pas hygiéniques. C’est un combat de longue haleine. Grâce à cette cause féminine que j’ai défendue, j’ai pu rencontrer plusieurs personnes de la direction et échanger avec elleux, réfléchir à des pistes de solutions pour un meilleur confort au travail. Une belle expérience!

Plusieurs actions ont été et sont entreprises par la direction et les syndicats, les choses bougent. Et je sais qu’on y est pour quelque chose 🙂

Faire un métier de femme amène souvent des situations plus ou moins agrééables. Découvrez ici deux exemples de situations courantes et peu agréables vécues par Kim, ma collègue du dépôt de l’Avenue du Roi à Saint-Gilles. (Ré)écoutez son appel ici:

  • NB: Là-bas = au dépôt d’Ixelles 🙂

⬇️ ⬇️ ⬇️ cliquez ici et (re)découvrez l’article original de mars 2020 : ⬇️ ⬇️ ⬇️

Saison 5

#rétrospective – S03E06: Monsieur

Saviez-vous que j’ai changé de nom depuis que je conduis des trams? Je m’appelle Laporte. Monsieur Laporte.

planche originale, colorée dans Photoshop après scan

Il y a des jours où cela me fait sourire, d’autres où j’aimerais être moins transparente.

⬇️ ⬇️ ⬇️ cliquez ici pour (re)découvrir le dessin final dans l’article original de décembre 2018 : ⬇️ ⬇️ ⬇️