Saison 5

#rétrospective – Bribe 404: Sur le fil

Mon passage à la Stib aura certainement été marqué par mon engagement auprès de mes collègues féminines.

Dès mes premiers jours, j’ai été marquées par le traitement qu’on nous réservait et les conditions de travail dans lesquelles on vivait chaque jour de service. Chaque 8 mars (Journée internationale des droits des femmes) a été l’occasion de se réunir, de réfléchir et de poser nos petites pierres. Ce fut laborieux de rallier les collègues à ma cause, souvent j’ai été découragée, mais j’ai eu tout le long une fidèle acolyte ultra motivée (qui se reconnaitra) (merciiiii !) avec qui on a pu débattre sur le sujet et concrétiser quelques actions. Et puis, des nouvelles ont continué d’arriver et certaines nous ont rejointes. Leur fraîche motivation nous redonnait espoir et force car il en faut, pour militer.

Sachez que le sujet principal sont les sanitaires. Peu nombreux, souvent en panne, sales, mixtes, pas chauffés (la plupart sont en extérieur), pas hygiéniques. C’est un combat de longue haleine. Grâce à cette cause féminine que j’ai défendue, j’ai pu rencontrer plusieurs personnes de la direction et échanger avec elleux, réfléchir à des pistes de solutions pour un meilleur confort au travail. Une belle expérience!

Plusieurs actions ont été et sont entreprises par la direction et les syndicats, les choses bougent. Et je sais qu’on y est pour quelque chose 🙂

Faire un métier de femme amène souvent des situations plus ou moins agrééables. Découvrez ici deux exemples de situations courantes et peu agréables vécues par Kim, ma collègue du dépôt de l’Avenue du Roi à Saint-Gilles. (Ré)écoutez son appel ici:

  • NB: Là-bas = au dépôt d’Ixelles 🙂

⬇️ ⬇️ ⬇️ cliquez ici et (re)découvrez l’article original de mars 2020 : ⬇️ ⬇️ ⬇️

Saison 5

#rétrospective – S03E06: Monsieur

Saviez-vous que j’ai changé de nom depuis que je conduis des trams? Je m’appelle Laporte. Monsieur Laporte.

planche originale, colorée dans Photoshop après scan

Il y a des jours où cela me fait sourire, d’autres où j’aimerais être moins transparente.

⬇️ ⬇️ ⬇️ cliquez ici pour (re)découvrir le dessin final dans l’article original de décembre 2018 : ⬇️ ⬇️ ⬇️